Programme « Accompagnement et Consolidation de la Transition agroécologique »

Développement agricole
  • 36 moisavril 2022-mars 2025
  • Multipays

Contribuer à la transition agroécologique et à l’amélioration des conditions de vie des producteurs en consolidant les filières maraîchage durables dans et autour des villes.

Lieux d'intervention

Guinée-Bissau
  • Bafatá
  • Bissau
Mozambique
  • Beira
  • Maputo
  • Nampula
République du Congo
  • Brazzaville
  • Dolisie

En Guinée-Bissau, au Mozambique et en République du Congo, les zones péri-urbaines des grandes villes présentent de forts potentiels agricoles entravés par des problématiques communes : insuffisance de formation et de moyens; usage excessif et non contrôlé des produits chimiques nuisant à l’environnement et à la sécurité sanitaire; difficultés d’accès à des intrants de qualité ; pression foncière ; problèmes de fertilité ; difficultés de valorisation et d’accès aux marchés des produits locaux face aux produits importés, etc…

L’augmentation de la productivité agricole est pourtant une des priorités des gouvernements de ces 3 pays afin d’atteindre l’autosuffisance alimentaire, alors même que les populations ne cessent de croître et que les effets du changement climatique impactent négativement l’agriculture et menacent la sécurité alimentaire. Face à ces enjeux, ESSOR et ses partenaires proposent de renforcer les compétences et la résilience des producteurs/trices vulnérables, à travers des pratiques à la fois plus productives, plus rémunératrices, et plus respectueuses de l’environnement (promotion de l’agroécologie).

Ce projet multi-pays constitue une troisième phase d’actions visant à pérenniser les actions engagées lors de la deuxième phase, notamment en matière de transfert renforcé et plus efficient des méthodologies à ses partenaires. Cette phase permettra aussi de poursuivre et consolider les dynamiques lancées au niveau de l’ensemble des filières agricoles et agro-alimentaires péri-urbaines (production et commercialisation) créées au Mozambique, Congo Brazzaville et en Guinée Bissau.

Nos engagements

  • Aider les maraîchers à utiliser des méthodes de production agroécologique

  • Promouvoir des systèmes alimentaires durables

  • Renforcer les capacités des acteurs locaux et favoriser le travail en réseau pour permettre un changement d’échelle à long terme

Le projet en action

  • Former les agriculteurs au maraîchage agroécologique et développer un réseau de maraîchers leaders
  • Autonomiser les filières agroécologiques déjà créées
  • Développer la production et vente d’intrants agroécologiques : biopesticides, engrais naturels
  • Commercialiser les légumes agroécologiques via le développement de réseaux de commercialisation et d’initiatives de vente (coopératives, partenariats avec des boutiques qui promeuvent les produits naturels, restaurants, supermarchés…)
  • Organiser des événements de sensibilisation sur le « consommer local » et l’alimentation durable
  • Renforcer le partenariat avec les Universités et leur sensibilisation à l’agroécologie
  • Renforcer les ONG partenaires techniquement et méthodologiquement afin qu’ils soient capables de développer les méthodologies d’ESSOR et promouvoir l’agroécologie
  • Favoriser le développement de réseaux nationaux de promotion de l’agroécologie
La Pépite !

ESSOR travaille avec une méthodologie propre au secteur Agri, la Formation Agricole Participative, qui a été affinée au fil des années. Il apparaît aujourd’hui le besoin de simplifier cette méthodologie, très pointue, afin qu’elle soit plus facilement transférable à d’autres partenaires, sur une période plus courte (maximum 12 mois au lieu de 24 mois). Il est également nécessaire de s’adapter aux besoins des bénéficiaires : la FAP est un processus assez long, nécessitant une longue mobilisation de leur part (4 à 5h à chaque formation). Les critères de la FAP seront donc revus, afin de proposer une nouvelle méthodologie : la FAP allégée.

J’ai demandé à faire partie de la formation et je me suis vite démarquée en me portant volontaire pour être responsable d’un groupe. L’équipe projet m’a encouragée à postuler au poste d’animatrice agroécologique. J’ai obtenu le poste car l’équipe m’a trouvé très motivée et volontaire dans les activités. J’ai très envie de promouvoir les bonnes pratiques de ma grand-mère, qui était elle-même maraîchère. Aujourd’hui, avec ce travail, je suis indépendante !
Silvina 33 ans Bissau (GB)

Quelques chiffres...

  • 1500 maraîchers accompagnés (50% de femmes et 60% de jeunes)
  • 23 petits entrepreneurs appuyés dans le développement de leur activité
  • 9400 familles de consommateurs fournies en légumes bio
  • 3 ONG partenaires de mise en œuvre
  • 25 membres d’institutions partenaires ou réseaux

À nos côtés sur ce projet

Partenaires Financiers