Projet « Jeunesse vers l’Emploi Durable »

Formation et Insertion Professionnelle
  • 48 moisavril 2021-mars 2025
  • Tchad
Tchad

Renforcer le secteur de la formation et de l’insertion professionnelle au service des jeunes tchadiens diplômés et non diplômés vulnérables.

Lieux d'intervention

Tchad
  • Abéché
  • Bongor
  • Moundou
  • N'Djaména
  • Sarh

« Pour se relever plus fort face à la COVID-19, le rôle de la jeunesse s’annonce déterminant au Sahel. Si cette génération s’engage activement à relever le défi, des contraintes structurelles persistent et l’écosystème entrepreneurial demeure très fragilisé par la crise. Le Tchad post COVID-19 est une terre d’opportunités. Près de la moitié de sa population a moins de 15 ans (48,12%) et elle doublera d’ici 20 ans. Le potentiel est colossal dans les secteurs de l’agriculture, de l’élevage, de l’énergie et des technologies numériques. L’inclusion socio-économique de cette force représente de ce fait un défi sans précédent. Car il faut que les jeunes accèdent au marché de l’emploi. Le taux de chômage chez les moins de 25 ans est estimé à 22% et le taux de sous-emploi à 35% » 

Ce constat, issu d’un article du PNUD en 2020 au Tchad, illustre parfaitement les défis actuels de la formation et insertion professionnelle au Tchad. Il s’ancre dans un contexte plus large où, au classement IDH, le Tchad figure parmi les cinq pays les plus pauvres du monde (186ème sur 189), avec 66,2% de la population vivant dans une extrême pauvreté. Les femmes sont d’ailleurs particulièrement concernées par cette pauvreté. Elles font face à de multiples barrières dont l’accès à la formation professionnelle. 

Nos engagements

  • Rendre les jeunes vulnérables acteurs de leur avenir, par la formation et l’insertion dans la vie économique, notamment via l’entrepreneuriat 

  • Renforcer durablement les dispositifs d’orientation, d’appui à la formation et à l’insertion en consolidant le portage local des dispositifs mis en place dans les quartiers 

  • Consolider la gouvernance nationale et locale du secteur de la formation et de l’insertion professionnelle 

Le projet en action

  • Proposer aux jeunes des modules de Formation Humaine, pour leur permettre de développer des « savoir-être », des « compétences humaines » recherchés par les employeurs
  • Mettre en place des formations professionnelles de 3 à 6 mois, axées sur la pratique, en fonction des opportunités du marché du travail local
  • Accompagner les jeunes dans leur insertion professionnelle : recherche de stages, réalisation de CV, préparation aux entretiens, …
  • Développer des outilthèques pour permettre aux jeunes entrepreneurs d’accéder à du matériel onéreux à bas prix, et développer leur business
  • Développer des réseaux locaux composés d’acteurs publics et privés de la formation et de l’entrepreneuriat dans les 5 villes d’intervention afin de structurer une gouvernance locale pérenne et claire
  • Développer un BFE mobile afin d’atteindre les jeunes les plus exclus
  • Appuyer nos partenaires pour qu’ils se développent : formation en gestion comptable, des RH, trouver un modèle économique…
  • Soutenir les jeunes producteurs bio pour qu’ils se structurent en groupement d’entrepreneurs agricoles et puissent valoriser leur production écologique sur les marchés du Tchad
  • Intégrer des Bureaux d’Orientation à l’Emploi directement au sein des Centres de Formation Professionnelle
La Pépite !

Soutenir l’autonomisation des Bureaux Formation Emploi ! 4 ans après leur création, les BFE – qui ont été pensés sur le modèle des missions locales – dépendent encore des subventions internationales pour le développement, n’ayant pas encore trouvé de modèles économiques propres. Le JED entend soutenir ces derniers à s’autonomiser en travaillant à la pérennisation de leur activité : sources de financement, soutien des acteurs publics et privés, formation en gestion financière, élargissement des services proposés… autant d’actions pour leur permettre de s’implanter durablement dans le paysage tchadien, afin de servir sur le long terme leurs communautés et éviter une fermeture post-projet.

Depuis ma participation au projet Bab Al Amal (projet précédent), j’ai retrouvé l’espoir qui semblait être éloigné de moi avant. Grâce à mes revenus en tant qu’électricien, j’ai pu quitter la maison familiale pour louer une maison personnelle. Je peux m’occuper de ma famille et venir en aide à mes proches en cas de difficultés, je me suis acheté une moto pour faciliter mes déplacements. Je commence à être sollicité en dehors de la ville de Moundou pour travailler sur des nouveaux chantiers. J’ai le projet de former les autres jeunes vulnérables en électricité bâtiment quand j’aurai consolidé ma micro-entreprise.
Anderson 28 ans Moundou, Tchad

Quelques chiffres...

  • 1500 jeunes formés
  • 2500 jeunes bénéficiaires d’ateliers de techniques et recherche d’emploi
  • 150 diplômés bénéficiaires de stages rémunérés
  • 5 ONG nationales partenaires
  • 11 OCB partenaires
  • 53 OSC tchadiennes impliquées
  • 300 entreprises partenaires pour des stages conventionnés

À nos côtés sur ce projet

Partenaires Financiers