Pierrette NSONDE a 57 ans et elle est originaire du Pool du Congo. Elle est secouriste Croix Rouge, garnisseuse et maraîchère depuis 22 ans. Elle a quatre enfants et le maraîchage est son activité principale.

Le revenu maraîcher n’est pas fixe, le mois dernier, par exemple, j’ai eu 350 000 FCFA de chiffre d’affaires (533€). Mais ça peut être moins ou plus selon la culture, l’environnement et les moyens de production.

J’ai commencé à participer à la Formation Agricole Participative en 2018 dans le cadre du PAMTAC BII car nous avions reçu un message qui disait que les produits chimiques sont mauvais pour la santé et l’environnement donc il faut les laisser, je m’étais dit que ce serait bénéfique pour moi d’arrêter d’utiliser des produits chimiques car ça ferait moins de dépense. J’ai donc fait la formation pendant deux ans, j’ai appris l’agroécologie et j’ai été désignée en tant que maraîchère leader.

La formation en agroécologie m’a permis de faire des économies sur l’achat des intrants. Aujourd’hui le NPK coûte 1500 FCFA le kilogramme, pourtant avant on l’achetait à 600 FCFA. Lorsqu’on a plusieurs planches comme moi, ça coûte cher d’acheter du NPK pour toutes les planches ; l’agroécologie nous a aidé dans ce sens.

En plus, avant je ne mélangeais pas les cultures, mais pendant la formation nous avons appris l’association des cultures. Maintenant quand je fais mes concombres je peux mettre du céleri sur la même planche, donc j’ai deux fois un revenu pour la même planche.

J’ai appris beaucoup de choses pendant la formation, notamment les familles de cultures. Vous pouvez me demander quelles sont les différentes familles de culture je suis capable de vous le dire.

J’ai comme projet d’agrandir mon terrain, prendre des ouvriers et les former en agroécologie parce que c’est ce que je fais. Les engager permet de créer de l’emploi et de réduire le chômage. Des témoignages, j’en ai beaucoup ! Moi je vends au marché PK, quand j’emmène mon légume au marché, les gens savent que je fais de l’agroécologie, donc dès que j’arrive j’ai automatiquement des commandes de partout et ça me réjouit. Parfois ceux qui ont des légumes conventionnels sont là et ne vendent pas mais moi si, parce que la qualité est meilleure et ça se conserve plus longtemps.

Actualités
de nos projets

A voir ! Un reportage sur l’agroécologie au Congo.

Le Programme « ACCOMPAGNEMENT ET CONSOLIDATION DE LA TRANSITION AGROÉCOLOGIQUE » se poursuit jusque mars 2025 en Guinée-Bissau, au Mozambique et en République du Congo. L’objectif ? Contribuer à la transition agroécologique […]

L’éducation au Brésil, l’année en images !

Parce qu’elle est la clé d’un bon départ dans la vie, l’éducation est l’une des priorités d’ESSOR au Brésil. Dès le plus jeune âge, jusqu’à l’adolescence, plusieurs projets qui ont […]