Depuis de nombreuses années, au travers du projet de Stimulation Précoce au Brésil, ESSOR vise à assurer la prise en charge d’enfants entre 6 mois et 6 ans, vivant en situation de précarité et soit porteurs de handicaps, soit présentant des retards neuro-psychomoteurs et socio-éducatifs.

En 2018, nous avions reçu le témoignage de Elioneide, la maman de João Miguel, âgé alors de 4 ans, accompagné par le projet depuis plus d’un an.

Le thérapeute avait confirmé son handicap (absence totale de contact visuel, mouvements répétitifs avec les mains, retard du langage et de la motricité, absence d’interactions) et l’avait intégré au sein du programme.

Nous sommes mieux préparés pour faire face à son handicap tant vis à vis de lui que des voisins et de la famille. Il nous reconnait, nous fait comprendre quand il est heureux où quand il est en colère, arrive à jouer tout seul. Nous lui avons acheté une brosse à dents, la même que celle du centre, pour qu’il la reconnaisse et qu’il continue ce qu’il fait là-bas. Maintenant nous allons l’inscrire à la crèche publique car le centre travaille avec la mairie ce qui facilite bien les choses car on sait qu’ils sont mieux préparés et ouverts qu’avant. Miguel a changé mais nous aussi. Je vais pouvoir chercher un travail ou suivre des cours pour lui offrir le meilleur.

La maman de João Miguel.

Aujourd’hui, 3 ans plus tard, Elioneide est toujours aussi enthousiaste. Elle constate de jours en jours les progrès que fait son fils, maintenant âgé de 7 ans.

Au cours de toutes ces années, nous avons assisté à de nombreuses réalisations de Miguel, l’une des plus grandes réussites étant d’avoir pu l’inscrire et l’emmener dans un environnement scolaire, d’abord à la crèche et à l’âge de cinq ans, nous l’avons inscrit à l’école. Je ne vais pas mentir, j’avais très peur, je pensais que ce n’était pas le bon moment, mais vous nous avez encouragés et nous avons appris à faire confiance à tous les professionnels présents. Je l’ai inscrit et j’ai vu qu’il n’y avait pas de préjugés. Ils l’ont très bien reçu.

Poursuivre l’accompagnement, même en période de pandémie…

J’étais très angoissée par cette pandémie, j’avais peur, j’étais effrayée à l’idée d’être seule à la maison, de ne pas pouvoir emmener mon fils à ses traitements, et vous avez été fondamentaux pour traverser ces jours difficiles, tant par le suivi de Miguel par téléphone et WhatsApp, que par des mots de réconfort, d’encouragement, nous soutenant toujours comme vous le pouvez. Les stimulations effectuées à la maison avec le soutien de Bruno nous ont permis et nous ont montré que nous devons stimuler Miguel de toutes les manières possibles. Aujourd’hui, je me sens beaucoup plus sûr de moi dans mes rapports avec mon fils.

Au cours de ces 4 ans et 9 mois de traitement, João Miguel a présenté et présente encore de nombreux progrès significatifs avec une évolution étonnante. Il devra rester en suivi spécialisé pour continuer à développer d’autres acquisitions d’aptitudes, de fonctions et de compétences pour son développement dans toutes les phases et étapes de sa vie dans ses performances cognitives, sensorielles, motrices, professionnelles, émotionnelles et sociales, en particulier dans l’autonomie et l’indépendance dans les activités de la vie quotidienne dans l’habillement, l’hygiène, les soins personnels et l’alimentation où il y a déjà eu des avancées importantes. 

Actualités
de nos projets

Journée mondiale de l’enfance !

La Journée mondiale de l’enfance a été créée en 1954 et est célébrée chaque année le 20 novembre afin de promouvoir le respect et les droits des enfants. Le 20 […]

Le Catch Impro, sur le thème des inégalités !

Ce mardi 23 novembre, à 20H, ESSOR organise, avec la Ligue d’Impro de Marcq, un spectacle d’improvisation théâtrale ! Ce Catch Impro s’inscrit dans le cadre du Festival des Solidarités. […]