Il y a un an, la ville de Beira subissait les impacts catastrophiques du passage du cyclone IDAI. Aujourd’hui, le Mozambique fait face à la pandémie de COVID-19.


Dans ce contexte, les équipes d’ESSOR au Mozambique s’engagent dans la lutte contre l’épidémie en mettant en place des « Tippy Taps » au sein des communautés les plus vulnérables. Il s’agit d’un dispositif de lavage efficace des mains à l’eau et au savon. Ce système simple qui peut sauver de nombreuses vies n’est souvent pas accessible à tous, en raison des conditions de vie précaires de nombreuses familles. Pour l’instant, 166 « Tippy Taps » ont été installés dans les quartiers de Munhava et à Dondo sur les 250 prévus. La demande est très forte : beaucoup de familles souhaitent l’installation de ces appareils près de chez eux.

Le projet propose également un accompagnement psychosocial et juridique aux familles, dans la mesure où les effets de la distanciation sociale et du confinement sont particulièrement dangereux pour les familles et favorisent l’augmentation des violences domestiques, abus sexuels… comme c’est également le cas ailleurs.

Dès juin, l’ONG PNDH offrira des conseils juridiques  personnalisés aux familles qui en ont le plus besoin.



Ce projet « Tippy Taps » a été coconstruit avec les services publics et les leaders communautaires mozambicains afin d’identifier de façon plus pertinente les lieux de mise en place du système et afin de faciliter l’identification des familles qui en ont le plus besoin.

Chaque installation a nécessité une enquête, réalisée par des Agents d’Orientation Sociale et Professionnelle des BIOSP pour accompagner les familles bénéficiaires.

Cette initiative n’a été possible que grâce à la motivation de nos équipes et au soutien de la Fondation Cassiopée que nous souhaitons particulièrement remercier.

Actualités
de nos projets

Vente de créateurs

Bonne Nouvelle ! ESSOR reprogramme sa vente solidaire qu’elle avait dû annuler suite au Covid en Avril dernier ! A noter dans vos agendas : Vendredi 9 octobre 10h – 19h à Marcq-en-baroeul […]

L’histoire de vie d’Alladoum au Tchad

Alladoum a 27 ans et vit à Moundou, seconde ville du Tchad située au Sud du pays. Il a arrêté les études après le baccalauréat par manque de moyens financiers […]