En ce moment à Nampula, la fureur des rivières Carrupeia, Napipine et Nicutha éloigne les maraîchers pendant une période de 4 mois de la pratique de l’agriculture. Bien qu’il y ait des menaces d’inondation sur les rives des rivières susmentionnées, certains producteurs, qui n’ont pas d’autre source de revenus dans l’année, se battent contre ce scénario par le biais d’une production protégée dans des conditions très précaires, qui à un moment donné, n’a pas eu d’effet satisfaisant.

« Nous devons faire face à cette situation, car c’est le bon moment pour la production de légumes, le marché l’exige, je préfère investir la production à ce moment car elle est rentable. J’ai fabriqué une hutte en plastique pour une serre, que j’ai achetée à une quincaillerie, mais elle m’a beaucoup aidé, même si les pluies torrentielles ont menacé d’abîmer ma récolte. Si nous voulons produire à cette période de l’année, nous devons investir dans une production protégée, c’est la seule solution possible. »

À ESSOR, nous essayons toujours d’apprendre comment surmonter ce scénario, car il est dans notre intérêt de trouver des mécanismes pour produire les légumes tout au long de l’année, en pariant sur la diversité de la production.

Protection des cultures

Actualités
de nos projets

Covid-19, point sur la situation au Tchad

Cette année, la célébration de la journée de l’Afrique (le 25 mai) a eu lieu dans des circonstances extrêmement difficiles, alors que le monde entier est confronté à la pandémie […]

Le déconfinement au siège d’ESSOR

Le 11 mars 2020, la France est entrée dans une période de déconfinement progressif. Au siège d’ESSOR et après plusieurs semaines de télétravail, nous nous sommes organisés pour la reprise […]