Au Tchad, de nombreux jeunes bénéficient du Parcours Citoyen, un parcours d’éducation non formelle transformateur dont la mission est d’élargir les horizons des ados, leur permettant d’aborder plus sereinement leur vie d’adulte et se réaliser pour devenir acteurs de changement au sein de leur communauté.

Un partenariat avec l’Union des Ecoles Coraniques du Tchad.

ESSOR a noué un partenariat avec l’Union des Ecoles Coraniques afin de proposer ce Parcours au sein des établissements. Ce Parcours est adapté et a notamment été traduit en arabe pour l’occasion. Plusieurs jeunes ont déjà participé à ce parcours, comme en témoigne Tahir, jeune de 17 ans.

Je m’appelle Tahir, j’ai 17 ans. Je suis migrant issu de l’exode rural car mes parents sont des éleveurs et agriculteurs et ils ne m’ont pas inscrit à l’école. Chaque matin je conduis les troupeaux des chèvres et les bœufs au pâturage.

J’ai donc quitté le village pour venir à N’Djamena dans l’espoir de m’inscrire à l’école. Malheureusement les réalités de la vie à N’Djamena ne me permettent pas d’y aller.

Actuellement, je partage une chambre avec cinq de mes amis. Je fais de la cordonnerie mobile, je répare les chaussures et je vends divers articles ambulants pour avoir de l’argent et contribué pour le payement du loyer et me nourrir. C’est cette activité qui me permet de survivre à N’Djamena.

J’ai fait la connaissance du Parcours Citoyen grâce à la sensibilisation organisée par l’Union des Ecoles Coraniques du Tchad. L’animateur est venu où j’habite et m’a inscrit. J’ai participé aux animations des ateliers et aussi à la sortie pédagogique. Nous venons deux fois par semaine pour les ateliers et une fois pour les activités de danses et théâtre. J’ai reçu une attestation de participation le jour de la journée de brassage avec les jeunes des autres quartiers. C’était un bon moment de partage avec les jeunes de mon âge.

Aujourd’hui j’ai un grand changement car le parcours citoyen m’a aidé à comprendre ma situation socio-économique. J’ai appris aussi le respect, la tolérance, l’esprit de groupe, le courage de parler en public. Au début je cirais seulement les chaussures, mais maintenant je sais coudre/réparer et même fabriquer des chaussures comme nous avons pu apprendre lors de la formation sur les activités manuelles au sein de l’UECT.

Etre un ambulant est très pénible mais je n’ai pas choix, c’est avec ça que je vis. Mais si c’est possible, j’aimerais me former en mécanique, c’est ce que j’avais évoqué avec l’animateur pendant l’atelier sur mon projet de vie.

Je remercie ESSOR, les animateurs et tous mes amis pour tout ce qu’ils ont fait pour moi pendant cette période.

J’encourage tous mes amis à ne pas croiser les bras et attendre mais de mettre en œuvre tout ce qu’on a appris au parcours citoyen dans nos familles et notre quartier. Aux autres qui n’ont pas bénéficié du parcours citoyen de venir s’inscrire pour découvrir plus de choses de la vie et faire la connaissance de beaucoup de personnes. Cela aide à grandir. 

Actualités
de nos projets

La stratégie du secteur FIP d’ici 2028

ESSOR mène depuis de nombreuses années des projets de Formation et Insertion Professionnelle au Brésil, en Guinée-Bissau, au Mozambique, au Tchad et au Congo. Forte de ces expériences, l’association compte […]

Le Parcours Citoyen au Tchad, Tahir témoigne.

Au Tchad, de nombreux jeunes bénéficient du Parcours Citoyen, un parcours d’éducation non formelle transformateur dont la mission est d’élargir les horizons des ados, leur permettant d’aborder plus sereinement leur […]

Le Système de Garantie Participative en agroécologie.

Le programme ACTA vise à contribuer à la transition agroécologique et à l’amélioration des conditions de vie des producteurs en consolidant les filières maraîchage durables dans et autour des villes. […]