Guinée-Bissau

Un pays pauvre et instable malgré ses nombreuses ressources...  

Carte d'identité :


Situation du pays :Afrique  de l'ouest  (Pays limitrophes : Sénégal, Guinée-Conakry)

Superficie : 36 125 km²

Langue officielle : portugais  / Langue usuelle : créole portugais("Kriolo")
Population : 1,6 millions d'habitants (2013)
Capitale : Bissau (500 000 habitants)
Régime politique : République
Président : José Mario Vaz (surnommé "Jomav"), élu en 2014.

Ressources principales : riz, tubercules, noix de cajou (60% des revenus du pays), bauxit, pêche et forêt ( y compris beaucoup d'exploitation illégale étrangère)
Ressources non exploitées : pétrole

PIB par habitant (2012) : 506.8US$/an
Indice de développement humain : 177 ème  
Espérance de vie : 54 ans
Religions : 40% de musulmans, 10% de catholiques, religions monothéistes qui cohabitent avec les animistes.
Monnaie : le franc CFA
Principales ethnies : les Balantes, Manjaques, Peuls et Mandingues.
Population rurale : 65%
Taux d'alphabétisation (personnes de + de 15 ans) : 57% (2012)
Accés à l'eau potable : 93% en milieu rural, 54% en milieu urbain 

Situation économique et politique du Pays :

Malgré ses nombreuses ressources naturelles, la Guinée Bissau est parmi les pays le plus pauvres du monde. Le budget de l'Etat dépend à 57% de l'aide internationale. En 2010 69% de la population vivait sous le seuil de pauvreté.

La Guinée Bissau est devenue depuis quelques années une plaque tournante du trafic de cocaïne, de par sa position stratégique entre l'Amérique du Sud et l'Union européenne. 
La situation politique du pays est donc très instable depuis l'indépendance en 1974. Les coups d'état se succèdent. Le dernier en date mené le 12 avril 2012 par l’armée et ayant renversé le gouvernement en place a marqué toutes les équipes, que ce soit au Nord ou au Sud !

Toutefois les activités du projet se sont poursuivies avec un bon dynamisme, m^me pendant la période de transition politico-militaire qui a suivi ce coup d'état. Pendant cette pèriode de 2012 à 2014, qui a vu la Guinée-Bissau sombrer dans une régression économique et sociale, le projet de développement socio-économique "Bairu Lanta" a continué d'appuyer la société civile des quartiers les plus défavorisés de Bissau pour porter le processus de développement participatif au niveau local. 

 Aujourd’hui, le renouveau démocratique en cours depuis les élections du printemps 2014, redonne un espoir à la population et aux organisations de la société civile. En effet, le nouveau gouvernement élu est porteur d’initiatives nouvelles et d’une dynamique positive pour remettre le pays sur les rails. Il attire de nouveau les investisseurs et les bailleurs de fonds internationaux, tout en donnant une place plus importante qu’avant à la société civile dans le processus de développement.

ZOOM sur la capitale BISSAU où ESSOR mène des actions :

BISSAU compte aujourd'hui 500 000 habitants répartis dans 10 arrondissements et 68 quartiers. L'intervention de l'état est extrêmement limitée sur le plan des services de base (santé, école, électricité) et la société civile peu active. Ainsi, à Bissau, de nombreux problèmes se posent simultanément à différents niveaux : 

  • Croissance anarchique et accélérée des quartiers périphériques
  • Manque d'infrastructures scolaires (primaire et maternelles)
  • Faible scolarisation des enfants  (principalement les filles)
  • Faible alphabétisation des femmes
  • Absence d'infrastructure sociale
  • Violence urbaine, prostitution, drogue
  • Taux de chômage très élevé surtout chez les jeunes.
  • Sousalimentation généralisée dans les familles les plus défavorisées.

Ces problématiques ont été confirmées par les enquêtes réalisées auprès des familles par ESSOR et ses partenaires locaux dans trois quartiers de Bissau. Celles-ci ont montré que, face à ces problèmes, les groupes les plus vulnérables sont les femmes, les jeunes et les enfants.

Plus de Photos :