Formation et Insertion Professionnelle

PARCE QUE TROUVER UN TRAVAIL DONNE UN NOUVEL AVENIR AU JEUNE ET A SON PAYS !

Depuis sa création, en juillet 1992, ESSOR réalise avec ses ONG partenaires, des actions qui visent l’amélioration des revenus des familles issues des quartiers défavorisés. Parmi ces actions, des cours de formation professionnelle et des soutiens pour l’insertion sur le marché du travail sont également proposés au travers d’un service appelé : Bureau Formation Emploi (BFE).

La problématique du chômage, des jeunes notamment, est devenue un des enjeux majeurs pour de nombreux pays. Au Mozambique par exemple, les jeunes (15-29 ans) représentent 27.5 % de la population totale et malgré une croissance économique soutenue, le chômage des jeunes atteint un niveau préoccupant, particulièrement dans les zones urbaines, et constitue à ce titre un danger pour la stabilité sociale du pays.

Essor intervient dans les zones où existe un indice élevé de pauvreté et de chômage allié à :

- Un faible indice de population économiquement active et (ou) avec un travail salarié
-
Une population jeune au faible niveau d’instruction et de qualification professionnelle
- Un déséquilibre entre l’offre et la recherche d’emploi
- Un marché informel très important

On remarque également un faible niveau de collaboration entre les différents acteurs impliqués dans le processus de formation professionnelle et d’accès à l’emploi : population issue des zones à faibles revenus, organisations communautaires, ONG, organismes publics, entreprises.

Les objectifs de l’action d’ESSOR dans ce domaine sont :

-   Amélioration de l´accès à la formation professionnelle et aux stages pour les jeunes;
-   Amélioration de l´insertion des jeunes en emploi décent ou en auto-emploi
Renforcement des capacités de concertation des acteurs concernés par la problématique de l’emploi, en vue de faciliter la définition de politiques d´aide à l´insertion socio-économique qui intègrent une dimension forte de partenariat entre acteurs publics et privés.

Les élèves apportent une contribution financière symbolique à leur formation (entre 5 et 10% du coût total). La notion de responsabilisation est en effet importante dans ces actions de formation professionnelle et d’accès à l’emploi.